Macération de végétaux : un savoir issu de l’Antiquité

La macération de végétaux est apparue il y a plusieurs millénaires. L’Homme utilisait les plantes pour prévenir ou guérir des maladies. L’Egypte est considéré comme le pays « fondateur » de cette technique de macération végétale. Hormis le fait de son utilisation médicale, la population utilisait également cette méthode pour leur rite spirituel et cosmétique.

La macération a pour objectif d’extraire les principes actifs de la plante, de la fleur ou du fruit dans un support.

Pour obtenir ces propriétés, les Egyptiens utilisaient la macération et l’ébullition. Cette préparation pouvait durer plusieurs mois.

Aujourd’hui, la macération de végétaux est devenue une industrie importante dans le secteur de la cosmétique et de l’agroalimentaire.

Procédé d’extraction en 5 étapes​

Etape 1

Le choix des plantes

La plante peut être de source locale ou d’importation, fraîche ou sèche, bio ou de culture conventionnelle … A la base de tout le processus, le choix et la qualité de la matière première sont importants.

La macération des végétaux est une technique consistant à laisser tremper la partie de la plante sélectionnée dans un solvant, à froid ou à chaud, pendant plusieurs jours. Selon le choix du solvant, celui-ci va extraire de la plante les actifs qui y sont solubles.

Le solvant peut être aqueux (hydroglycériné, hydroalcoolique, hydroglycolique ou hydrobutylique) ou huileux (macérats huileux). Une huile végétale va extraire les actifs liposolubles de la plante pour donner un macérât huileux (comme les caroténoïdes extraits de l’abricot), le mélange d’eau et de glycérine va extraire les actifs hydrosolubles de la plante pour donner un extrait hydroglycériné (tels que la caféine pour les grains de café), et l’alcool va extraire d’autres types d’actifs encore.

Etape 2

La macération

Etape 3

L'essorage

Manuellement ou à la machine, l’essorage est un procédé de séparation mécanique. Le mélange est soumis à une force centrifuge afin d’isoler les morceaux de plante du reste en fonction de leur différence de densité.

Des filtres de granulométrie adaptée à la quantité d’extrait à filtrer sont utilisés afin de rendre l’extrait bactériologiquement propre. La filtration peut être manuelle ou à la machine.

Etape 4

La filtration

Etape 5

La vérification et la conservation

Cette dernière étape consiste à vérifier que l’extrait n’est pas contaminé par des bactéries ou des moisissures. Cette analyse est faite par notre laboratoire interne. Une fois les analyses terminées, l’extrait est conditionné en bidons ou en jerricans et peut être envoyé.

L’extrait hydroglycériné se conserve minimalement 6 mois dans des conditions normales de stockage si aucun conservateur n’est ajouté lors de la fabrication, ou 12 mois si des conservateurs sont inclus (généralement, un mélange de sorbate de potassium, benzoate de sodium et acide citrique, accepté par les labels bio). Après cette date, un re-test est conseillé pour vérifier que l’extrait peut être encore utilisé pendant 6 mois de plus.

Zoom sur Ardex

Avec près de 25 ans d’expérience dans la production à façon d’extraits végétaux, Ardex peut proposer aux professionnels tous types d’extraits liquides à partir de plantes importées, d’origine France ou même issues de la région de Provence.

Cette région est connue pour son climat méditerranée et sa végétation atypique. En effet, certaines plantes qui y poussent ne se retrouvent nulle part ailleurs en France.

© Copyright 2021 ARDEX 

Adresse : 375, rue des Tireuses de Soie

Z.I Lucien Auzas – 07170 Lavilledieu

Mail : sales@ardextrait.fr 

Tel : 04 75 35 49 00

EnglishFrançais